colloque relever le défiLors d’un colloque tenu le 16 juin dernier intitulé « Relever le défi de l’intégration de la main-d’œuvre immigrante », le Conseil du Patronat du Québec invita des panélistes issus du milieu gouvernemental, universitaire et privé à prendre la parole.

Les enjeux, opportunités et défis liés à l’intégration des professionnels immigrants pour les entreprises québécoises, la reconnaissance de leurs compétences sur le marché de travail ainsi que les façons de les attirer et les retenir en emploi sont autant de sujets qui furent abordés lors des interventions.

Mme Kathleen Weil, ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion du Québec (MIDI), a pour sa part prôné une réforme de la politique québécoise en matière d’immigration par le dépôt d’un projet de loi prévu à l’automne. L’idée principale est de s’inspirer du modèle déjà en place en Australie et en Nouvelle-Zélande basé sur la « déclaration d’intérêt ». Elle a aussi rappelé l’importance de mettre en avant le programme d’expérience québécoise (PEQ) qui permet d’obtenir un certificat de sélection du Québec (CSQ) en 20 jours. Enfin, elle n’a pas hésité à pointer du doigt les réformes annoncées par le gouvernement fédéral visant à limiter de façon considérable l’immigration temporaire.

Pour Mme Nathalie Provost, directrice générale et coordonnatrice du comité interministériel sur la reconnaissance des compétences du MIDI, la reconnaissance des acquis demeure un enjeu majeur. Lors de sa présentation, elle cita notamment une étude du Conference Board du Canada qui, en 2001, a estimé les pertes annuelles dues à la non-reconnaissance des acquis des personnes immigrantes entre 2,4 et 3,2 milliards de dollars.

Par la suite, Sébastien Arcand, professeur agrégé et chercheur au HEC Montréal, Thomas Gulian, PhD., directeur de l’Institut de recherche sur l’intégration professionnelle des immigrants au Collège de Maisonneuve et Pierre Bernier, président du groupe Ambition, responsable de la certification Employeur remarquable, se sont succédés afin de présenter différents regards sur les bonnes pratiques en matière de diversité ethnoculturelle au sein des entreprises.

Pour conclure cette matinée, l’opportunité fut donnée à quatre représentants d’employeurs tels que Bombardier et la Banque Nationale de témoigner sur des enjeux et difficultés rencontrées lors de processus d’embauche et de maintien en emploi de personnes immigrantes.